Chexbres – Le temps donné au 7e art

Portrait de Danièle Wenger Leyvraz

Colette Ramsauer  |  A Chexbres, nous avons rencontré Danièle Wenger Leyvraz, responsable de la gestion du cinéma de la grande salle. Troisième et dernier volet de nos rencontres avec ceux sans qui nos cinémas régionaux ne subsisteraient pas. Le Courrier: Comment fonctionne le cinéma de Chexbres ? «Il fonctionne grâce à trente bénévoles oeuvrant dans trois différentes fonctions: le choix des films que j’assume avec deux assistantes; la projection qui emploie dix projectionnistes; les tâches de la caisse et des «déchireurs» de billets comme nous les appelons.»  Le Courrier: Où voyez-vous les films que vous choisissez ? A quel rythme sont-ils ensuite projetés à Chexbres? «Nous les voyons pour la plupart en salle à Vevey ou à Lausanne et nous nous réunissons ensuite pour en parler et décider. Je contacte 10 à 15 distributeurs pour l’obtention des films. C’est l’occasion de parler des sorties à venir. La programmation établie pour trois mois prévoit en moyenne deux nouveaux films chaque semaine. Toutes les informations sont visibles sur notre site internet.»

Le Courrier: Quel âge a votre public ?

«Un certain âge, il faut le dire. Un public fidèle pour la plupart. Certains viennent à la grande salle sans rien connaître du film. Ils nous font entièrement confiance. Les écoles organisent parfois une séance – la salle est alors comble – ou nous prévoyons des après-midis pour enfants avec un goûter, comme celui à la veille de Noël et en fin août pour la Fête du cinéma. Au cœur de l’été, pas de cinéma! Les Chexbriens n’ont pas envie de s’enfermer.»

Sur un balcon du Léman, cela s’explique, tout comme on comprend cette Neuchâteloise qui un jour a quitté sa ville pour l’amour d’un vigneron en Lavaux. Mère de famille et responsable actuellement de la bibliothèque communale, elle s’investit c’est peut dire. En 2000, elle reprend les rênes du cinéma de la grande salle. Elle vivra l’ouverture du site internet – dont elle assure la maintenance – et en 2012, l’avènement du numérique. 2012, c’est aussi 60 ans d’anniversaire de cinéma à Chexbres.

Le Courrier: Quels souvenirs des films de votre jeunesse?

«Enfant, j’ai été impressionnée par Fantasia de Disney. Etudiante, je fréquentais dans les années 70 le ciné-club du Gymnase de Neuchâtel. Un film m’avait marquée: «L’Epouvantail»  (The Scarecrow, 1973) de Jerry Schatzberg avec Al Pacino et Gene Hackman.»

Aujourd’hui, cette passionnée de cinéma apprécie plus particulièrement les films documentaires qu’elle prévoit augmenter dans les futures programmations. Au dernier Festival de Locarno, elle a apprécié «L’Apollon de Gaza», de Nicolas Wadimoff, un documentaire qui s’immerge dans le monde de l’archéologie. Sûr qu’il figurera prochainement au
programme du cinéma de Chexbres. 

Ce samedi 12 janvier à 20h30, elle recevra le réalisateur Fernand Melgar pour présenter «A l’Ecole des Philosophes». Un événement à ne pas manquer pour ceux qui n’ont pas vu le film!

En équilibre sur son balcon

D’architecture simple et cossue, la grande salle communale de Chexbres a été construite en 1928. Dès 1952, au moment où naît la plupart des cinémas régionaux, elle se prête à la salle obscure, tout en gardant sa fonction de salle de spectacles et réunions des sociétés locales. De 1952 à aujourd’hui, différents responsables se succèderont: jusqu’en 1958, Léon Moser, exploitant d’autres cinémas vers Vevey, puis Roger Légeret et Jacques Lebet; en 1970, Jean Chevalley au moment des premiers films en version originale sous-titrée; en 1990, Erik Pache qui tel son prédécesseur, lutte pour maintenir l’existence du cinéma communal. En 2000, Danièle Wenger Leyvraz reprend le timon de ce navire fragile. Le programme et les bandes annonces sont désormais disponibles sur la toile internet. En 2012, on passe au numérique. Les distributeurs ne proposent plus que des disques durs. Notons que la grande salle compte 220 places dont 70 sur la galerie qui offre des véritables sièges de cinéma; tous les films sont en version  originale sous-titrée; il n’y a pas d’entracte; le tarif unique est de 8 francs; le parking facilité. www.cinechexbres.ch/pratique.html CR