Chexbres – 90 ans de Meta Chevalley

La Colline à Chexbres lui avait préparé une belle fête

Jean-Pierre Lambelet  |  Le 21 octobre 1928, c’est dans la charmante bourgade de Müllheim en Thurgovie que Meta Sprunger ouvrait les yeux devant papa et maman. En 1944, à l’âge de 16 ans, elle vient faire son année chez les «welches» à la ferme des Chappuis en Pied de Bœuf à Puidoux. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que les habitants de Puidoux sont surnommés «les amoureux» et que le cœur du voisin René Chevalley du Parchet n’allait pas tarder à battre pour la jolie thurgovienne! Donc, à la place de faire une année, elle en a fait quatre et au mois de juillet 1948 elle devient Mme Meta Chevalley et va habiter 300 m plus loin… De cette union naissent Lucette, Claudine et Jean-Jacques qui aujourd’hui l’ont faite 6 fois grand-maman et 11 fois arrière-grand-maman. A l’époque, une femme de paysan devait mettre la main à la pâte dans toutes les activités liées à l’exploitation, y compris aux champs avec les chevaux. Et ce n’est qu’en 1969, soit plus de 20 ans après son mariage qu’un tracteur est arrivé au Parchet. Ce qui lui donna un peu plus de temps pour elle et son ménage. Elle adorait les balades en montagne jusqu’à réaliser avec son mari l’ascension de la célèbre face du Miroir d’Argentine en dessus de Solalex! Pour ceux qui connaissent cette face, il faut reconnaître que c’était un fameux défi pour un couple qui n’était pas expérimenté dans l’escalade! A plus de 50 ans, elle passe son permis de conduire et s’en va également travailler à Lausanne dans une épicerie. Après le décès de son mari, elle s’occupa encore de leur vigne à laquelle elle était très attachée. C’était aussi une bonne joueuse de cartes, son autre passion. Depuis 2015, elle vit à l’EMS La Colline à Chexbres qui lui avait préparé une fête pour ce bel anniversaire en compagnie de ses enfants, des autres pensionnaires et de Jean-Michel Conne, syndic de Chexbres, qui lui remis fleurs et cadeaux bien mérités.