Chexbres: c’est en forgeant que l’on devient… ferronnier d’art

Journées européennes des Métiers d’Art (JEMA)

Michel Dentan |  Sous l’égide du Département vaudois de la formation, de la jeunesse et de la culture, les Journées européennes des Métiers d’Art (JEMA Vaud) fêtent en ce printemps 2018, leur 5e anniversaire. Cette année, ce sont 100 artisans d’art qui ont souscrit à cette belle initiative et vont présenter leur savoir-faire et leur passion en ouvrant leurs portes, durant 3 jours, à un large public les vendredi 20, samedi 21 et dimanche 22 avril prochain. Dans le district de Lavaux-Oron, c’est la ferronnerie d’art qui est mise à l’honneur avec la participation de Philippe Naegele, ferronnier d’art, et Bertille Laguet, créatrice d’objets.

La forge

C’est dans la forge de Chexbres que nous les avons rencontrés. Dès l’entrée, la magie de ce lieu se révèle à nous. Un endroit chargé d’histoire, garni d’une multitude d’outils, pinces, tenailles, marteaux, enclumes, agrémenté sur ses parois de superbes et très variés objets créés par l’artisan: décors, enseignes, balustrades, girouettes, tous plus magnifiques et plus originaux les uns que les autres. L’atelier est plutôt sombre et dans le fond de la pièce, noircie par la fumée, trône le cœur de la forge, le foyer, dont nous apercevons la flamme dispensant chaleur et étincelles virevoltant au-dessus de la braise, laquelle servira temporairement de lit au métal afin qu’il puisse ensuite être façonné selon la volonté de l’artiste. Aucun doute, le lieu possède une âme! Et ce magnifique et admirable esprit de création est entretenu à cette même adresse de la place du Nord, de père en fils, depuis bien plus de 100 ans puisque c’est en 1906 que la famille Naegele, dont Philippe représente la quatrième génération, y est présente. Il a su tenir haut le flambeau de cette profession puisque ses œuvres sont connues et diffusées loin à la ronde. Il a notamment travaillé pour l’Abbaye de Westminster et pour le prince du Luxembourg. On retrouve aussi ses créations en Nouvelle-Zélande où il a vécu durant un an et demi. Il travaille actuellement sur les enseignes de l’Auberge du Raisin à Cully, sur celle du restaurant du Lion d’Or à Chexbres, et planche aussi sur une très belle girouette qui trouvera sa place au musée historique de Nestlé, le Nest, à Vevey. Sans successeur direct, soit il se résignait d’ici quelques années, à laisser disparaître la forge, soit il trouvait la possibilité de la remettre à quelqu’un qui saurait perpétuer cette tradition, ses valeurs, ce savoir-faire et ce métier qui n’est malheureusement plus enseigné depuis 2006. Et comme il l’affirme lui-même, il pense l’avoir trouvé en la personne de Bertille Daguet. Bertille Laguet s’intéresse à la fonte depuis fort longtemps puisque son père était lui-même dans le métier. Après un travail de diplôme à l’ECAL (Ecole cantonale d’art de Lausanne) en 2012, elle connaît plusieurs succès dans le domaine du design industriel, notamment comme nominée en 2017 pour les Swiss Design Awards. Sa collaboration avec Philippe Naegele est particulièrement bénéfique à tous deux, celui-ci lui offrant son savoir-faire et ses compétences, tandis que de son côté, Bertille Laguet lui ouvre des portes dans le domaine de l’informatique et de la vectorisation de dessins. Un superbe et fructueux partenariat! Ne manquez donc pas de vous inscrire rapidement – car il reste peu de places disponibles – pour découvrir cet ancestral et beau métier lors des «portes ouvertes» des Journées européennes des Métiers d’Art (JEMA) qui auront lieu du 20 au 22 avril (informations et inscriptions sur le site www.metiersdarts.ch).

Infos: www.laforge.ch, www.bertillelaguet.ch, www.metiersdart.ch

photographie sous copyright © michel dentan photographies – Michel Dentan (Suisse)