C’est à lire

Changer l’eau des fleurs Valérie Perrin – Editions Albin Michel

Milka  |   Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Sa loge est un véritable refuge, tant pour les animaux que pour les humains. Elle recueille les animaux qui ont suivi leur maître jusqu’à leur dernière demeure, accueille les humains de passage qui viennent se recueillir sur la tombe d’un proche. Toujours un café et une oreille pour chacun. Elle écoute leurs confidences sans jamais juger, avec bienveillance. Elle connaît tous les emplacements de ses «pensionnaires», allant même jusqu’à consigner le déroulement de leur enterrement, du nombre de participants aux mots exprimés par les proches. Quel beau métier que le sien! Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble, elle va faire la connaissance d’un homme qui petit à petit, va bouleverser sa vie. Des liens qui unissent les vivants et les morts vont refaire surface, certaines personnes que l’on croyait mauvaises vont se révéler d’une infinie bonté et inversement. Son passé à elle va ressurgir par l’intermédiaire de cet homme, et des souvenirs douloureux vont remonter à la surface, apportant un éclairage nouveau sur les drames de sa vie. Mais son penchant à l’optimisme va la porter, lui faisant apprécier toutes les petites choses de la vie. Ça démarre tout doucement, on s’attache à cette Violette, gardienne de cimetière. On s’attend à un recueil de souvenirs, d’anecdotes. C’est agréable, on s’installe, on est bien. Mais au fil du récit apparaissent quelques zones d’ombre sur son passé. C’est insignifiant au départ, puis ça monte au fil des pages, on se rend compte des liens invisibles qui se tissent entre chaque situation. Et le suspens arrive, on est harponné, on ne lâche plus ce bouquin. Après «Les oubliés du dimanche», Valérie Perrin nous fait partager l’histoire intense de cette femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l’ordinaire exceptionnel. C’est plein de poésie et d’humanité. C’est une histoire passionnante, que l’on imagine tout de suite sur grand écran. Et tous les livres ne font pas cet effet-là. Peut-être est-ce parce qu’elle a travaillé avec un grand réalisateur, ce qui fait que le scénario tient la route. Autre qualité de ce livre, tous les chapitres sont ponctués de quelques paroles de chanson, qui nous reviennent en tête et ne nous lâchent plus, ainsi que de quelques citations. Encore une fois, de l’ordinaire qui devient exceptionnel. Je trouve que cette phrase résume bien ce bon, très bon livre.