C’est à lire

Les années de plomb Jean-Luc Chaubert – Editions Mon Village

Dans l’Allemagne des années 70, mise sous tension par l’action violente de la Fraction Armée Rouge, un étudiant lausannois prend en auto-stop dans sa deux-chevaux bleue une jeune femme au bonnet noir.  A l’approche de la frontière suisse, la voiture est arrêtée par un homme en uniforme vert. Un coup de feu retentit, le fonctionnaire s’effondre, les deux occupants de la «deuche» fuient pour se perdre dans une nuit de presque dix années entre Schaffhouse et Genève… Un roman qui nous fait revivre une décennie d’utopies, d’affrontements idéologiques, de doutes et de rêves déçus. Une histoire qui nous remet en mémoire des événements forts, des personnalités de la littérature et de la politique d’une époque passionnée et passionnante. Un récit qui, par les réflexions de son héros, place le lecteur dans le questionnement existentiel des jeunes de cette tranche de siècle. Et, par les évocations de son héroïne, décante les motivations des activistes emmenés par Andreas Baader et Ulrike Meinhof dans une aventure désespérée. Vision que la fille au bonnet noir sublime dans ses graffitis inspirés par le peintre Louis Soutter. C’est une véritable photographie de cette époque que nous livre l’auteur. Certains d’entre nous entraient à peine dans la vie. Une époque bénie où tous les espoirs étaient permis. Il y avait du travail pour tout le monde. Une liberté de parole que nous n’avons plus maintenant, des possibilités d’espérer, des possibilités d’avenir, pas de sida, moins de pollution, moins de voitures… Une vie avec un futur possible. C’est une plongée dans les souvenirs de leur jeunesse pour les sexagénaires que nous sommes et une immersion très intéressante dans cette époque pour les autres. Jean-Luc Chaubert est né à Lausanne. Il a écrit son premier récit «Le feu» à l’âge de huit ans. Pendant plusieurs décennies, il a enseigné avec jubilation les subtilités de la langue de Molière à des adolescents, et écrit pour eux d’inoubliables dialogues et scénarios de spectacles scolaires. Il a rempli aussi quelques cahiers de contes pour ses trois adorables enfants. Depuis quelques années, avec un immense bonheur, il apprend les bases de la communication en français à des adultes non francophones à Payerne.

Milka