Carouge – Fermeture du café du Raisin

Une page se tourne…

Pierre Jordan  |  Il serait plus juste de dire qu’un livre, celui écrit par Micheline Pianzola en sa qualité de tenancière du Raisin, se ferme définitivement. Vouloir conter ce roman en un article est tout simplement impossible, tant les anecdotes et autres vérités de la table des menteurs sont nombreuses. Rappelons simplement que Micheline a ouvert son établissement le 4 décembre 1981 et que cette première soirée, restée dans les mémoires, s’est prolongée au-delà des heures usuelles de fermeture. Et il y en eu tant d’autres au cours des belles années où le bistrot ne désemplissait pas. Elle n’a jamais ménagé sa peine, cumulant les tâches de patronne et celles de mère de famille. Christelle, née d’un premier mariage en 1982, est venue égayer ses parents et les clients. Un second mariage avec le regretté Jean-Louis a ensuite vu naître Daphné en 1990 et Cyril en 1993.Ensemble, ils connaîtront une belle et méritée réussite, lorsque Jean-Louis excellait aux fourneaux, régalant une clientèle ravie venue des villages alentours, voire de plus loin. En parallèle, ils ont conduit avec succès un service traiteur livrant les repas à domicile aux aînés de Carrouge et des villages voisins. En 2007, ils entreprennent une rénovation importante du café et de l’enveloppe du bâtiment, donnant à celui-ci un cachet particulièrement attrayant. Les années passant, le couple décide de vendre l’établissement pour envisager une retraite méritée au pays du Bietschhorn et de Constantin. Mais le destin en a voulu autrement, laissant le crabe les attaquer tous les deux. Micheline s’est battue et l’a vaincu alors qu’après trois ans de lutte, Jean-Louis a malheureusement succombé en janvier dernier. Depuis, Micheline a mené seule sa barque avec brio, cumulant parfois les tâches en cuisine et au service jusqu’au 29 juin dernier, avant la fermeture de son commerce. Ses clients et amis ont afflué durant la soirée pour déguster quelques raclettes, trinquer à sa santé et surtout pour lui dire un immense MERCI. Fort heureusement, l’activité de café-restaurant reprendra dès l’automne avec les acquéreurs, la famille Dos Santos, déjà expérimentée dans la conduite d’un restaurant. Nous y reviendrons en temps voulu pour les présenter et leur souhaiter la bienvenue.

Micheline avec à sa droite quelques fidèles collaboratrices. Fatima, Margarida, Evelyne, Suzanne et Aurélie