Bourg-en-Lavaux – Signature de la charte d’égalité salariale

Séance du Conseil communal du 24 juin 2019 (suite de l’édition du 27 juin)

JPG | Comme annoncé la semaine dernière, nous revenons sur la séance du 24 juin à 20h, qualifiée de séance marathon, gagnée en moins de 2h30 de manière expéditive par le président Nicolas Blanc. Outre la gestion et les comptes 2018 déjà évoqués, le Conseil a traité encore 4 préavis et divers, à savoir:

Surveillance intelligente du réseau d’eau

Ce système appelé Lorno, permet la détection automatique des fuites. Avec cet outil permettant d’identifier celles-là dès leur apparition, il sera possible de mieux organiser les réparations, de les regrouper et de neutraliser une partie des interventions sur le piquet du service des eaux. Nous n’entrerons pas dans les détails de cette technique de surveillance par hydrophone qui mesure le flux de l’eau à l’identique d’un sonar de sous-marin. Ceci permettra de diminuer rapidement les coûts d’intervention en cas de rupture de conduites. L’investissement pour la mise en service du système en question s’élève à Fr. 336’000.- hors taxes. Tant la commission des finances (Cofin) que celle ad’hoc se sont ralliées aux conclusions du préavis municipal et le Conseil a approuvé la démarche, à la quasi-unanimité, seules 2 abstentions s’étant manifestées.

Achats de poubelles pour les déchets urbains

C’est à l’unanimité que le Conseil a octroyé un crédit d’investissement de Fr. 88’200.- pour l’achat de 55 poubelles, destinées à remplacer celles disparates, principalement dans les bourgs. Ces récipients récoltent les petits déchets non soumis à la taxe sur les déchets, sur l’espace public. Ils permettent le ramassage des déjections canines et font office de cendriers. Hors les murs, les poubelles ne seront pas changées mais unifiées selon le modèle existant déjà sur la commune, ce qui ne nécessite pas de nouveaux achats.

Crédit pour démolition du bâtiment Contesse et caserne des pompiers à Cully

Le coût des travaux pour ces démolitions, comprenant le désamiantage, s’élève à Fr. 240’650.-. Ce chiffre résulte de l’offre la plus avantageuse retenue parmi celles présentées par trois entreprises. Les travaux sont prévus en cours d’automne 2019. La Cofin a demandé que l’amortissement soit à intégrer dans le coût de construction du futur immeuble érigé à cet endroit. Le Conseil a accepté à l’unanimité cette dépense avec son amendement pour l’amortissement.

Transformation de l’ancien collège d’Aran

Les classes sises au 1er étage du bâtiment sont devenues inoccupées depuis l’ouverture du collège du Verney à Puidoux. L’opportunité se présente de créer deux appartements de 3½ et 4½ pièces. Il n’y a pas de modification par rapport à la situation actuelle au niveau des ouvertures en façade. Le coût de ces travaux, basé sur la rentrée de soumissions s’élève à Fr. 420’000.-. La Municipalité propose l’application d’un tarif de location modéré, de l’ordre de Fr. 240.-/m2 et par an. Tant la Cofin que la commission ad’hoc ont préconisé l’acceptation de ce préavis. Le Conseil l’a entériné à l’unanimité.

Motion Jonas Cuenoud sur l’urgence climatique

Par ce texte le motionnaire demandait que la Municipalité prenne rapidement les mesures suivantes:

«La déclaration par la Municipalité de l’état d’urgence climatique, à l’instar de ce qui a été fait dans d’autres villes à travers le monde, comme Bâle, Liestal, Olten, Londres ou Vancouver et pour répondre aux milliers de personnes qui se sont mobilisées ces derniers mois dans les rues de Suisse et ailleurs dans le monde.»

«Outre la portée symbolique de cette déclaration d’urgence, il y a lieu de doter notre commune rapidement d’un Plan climat communal. Un tel plan doit à la fois couvrir des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre et des mesures holistiques d’adaptation aux effets des changements climatiques.» 

Le renvoi direct à la Municipalité était demandé.

Florence Gross a relevé que ce texte n’était qu’un copier-coller de ce qui avait été distribué à Yverdon et que les mesures prises pour une ville de l’ordre de 30’000 habitants n’étaient pas applicables à Bourg-en-Lavaux. Elle demandait le rejet de cette motion. S’en est suivi une passe d’armes entre ultras et modérés, chacun y allant de ses arguments. Finalement la motion a été transformée en postulat adressé à la Municipalité ce qui permettra d’avoir un état des lieux. L’urgence s’est transformée en prise de conscience et finalement le Conseil l’a accepté par 38 voix, contre 4 et 7 abstentions.

Motion Stéphanie Brander pour la signature de la charte d’égalité salariale

Signée encore de Jean-Luc Denisart et de Jonas Cuenoud, les motionnaires faisant référence au 14 juin dernier demandent à la commune de se rallier à l’initiative du Conseil fédéral de 2016 qui a établi une «charte de l’égalité salariale dans le secteur public» et de:

1. Signer la «charte de l’égalité salariale dans le secteur public»

2. Analyser l’égalité salariale à l’administration communale conformément aux standards reconnus, avec l’aide des experts.e.s du canton et de la Confédération

3. Demander aux entités qui collaborent avec la commune (marchés publics, subventions, contrats de prestations) de faire preuve de respect de l’égalité salariale, conformément au nouveau dispositif légal cantonal qui entrera en vigueur en 2020.

Cette motion a été reçue diversement par les conseillères et conseillers qui ont évoqué les éléments pour ou contre suivants: Selon le syndic, il y a déjà des femmes qui gagnent plus que des hommes; la signature de cette charte a un coût, notamment s’il faut faire appel à des experts et en cas d’attribution de travaux faudra-t-il payer plus cher si l’offre la plus avantageuse ne respecte pas cette égalité?  La motionnaire principale a rétorqué qu’elle était heureuse de savoir qu’il n’y avait pas de discrimination dans l’administration communale, mais souhaiterait le voir écrit noir sur blanc, car une grille salariale ne garantit rien. Finalement, c’est par 40 voix pour, 3 contre et 6 abstentions que la Municipalité s’est vue imposée la signature de dite charte. Ainsi la manifestation du 14 juin à Cully, qui a vu défiler environ 200 personnes parées de violet, aura porté ses fruits.

Communications et divers

Elles n’ont pas suscité de vrai débat, seules quelques remarques ont été émises, notamment très positives pour la valorisation du parc immobilier propriété de Bourg-en-Lavaux et plus diverses sur la poursuite de la collaboration avec l’APOL. Lors du prochain conseil intercommunal, sera traité le postulat du conseiller Buche de Lutry. Le municipal et président de ce conseil intercommunal, Jean-Paul Demierre, a relevé le travail de bonne qualité fourni par cette Association.