Bonne Année 2016 à toutes et à tous !

ML  |  2016, è-te que l’è l’annâïe dâo tsin, clliaque de la tchîvra, âo bin clliaque de la vatse, quemeint diant pè vè la China ? N’ein sé rein dâo tot. Mâ, por mé et por lè z’ami dâo patois, 2016 devrâi ître l’annâïe d’onna bîta vigoussa… tot quemeint lo lion et lo tigro – por dèfeindre noûtron vîlyo dèvesâ et tî clliâosique que lo mantîgnant. Oï ! Vo sède bin que lè gandoise sant dâi conto que Marc à Luvi terîve de la vià aleintò. Dâi conto por recafâ. Marc à Luvi l’ètâi on tot suti por osservâ lè petioute tsoûse, dâi tsoûse tote simplye que li balyîvant l’inspirachon por composâ onn’histoire, dan onna gandoise. Soveint son payîsâdzo l’ètâi la vela, sa vela de Losena avoué la pllièce de la Repouna et lo Tunnè. Et soveint assebin sè persenâdzo l’ètant dâi dzein qu’amâvant mî bâire quartetta pllietoû que travaillî. Marc à Luvi lè dèdzudzîve pas, lè condanâve pas. Na, l’avâi pllietoû de la compachon por leu et, mîmameint lè z’acheintenâve. Adan, por coumeincî st’annâïe 2016, liède dein sti mimero d’hivè sta gandoise avoué lo lion Congo et lo tigro Tonkin, sta gandoise de Marc à Luvi que l’a à nom «Iena de bounan». Iena por einludzî on bocon dâi passâïe dèfecile por on mouî de dzein dâi z’autro yâdzo, prâo sû, mâ assebin por clliâosique de vouâi.
Même si elle a déjà commencé depuis un moment, encore une toute
2016, est-ce que c’est l’année du chien, celle de la chèvre, ou bien celle de la vache, comme on dit en Chine ? Je n’en sais rien du tout. Mais, pour moi et pour les amis du patois, 2016 devrait être l’année d’une bête vigoureuse – comme le lion et le tigre – pour défendre notre vieux parler et ceux qui le maintiennent. Oui ! vous savez bien que les gandoises sont des contes que Marc à Louis tirait de la vie quotidienne. Des contes pour rire. Marc à Louis était un tout fin pour observer les petites choses, des choses toutes simples qui lui donnaient l’inspiration pour composer une histoire, donc une gandoise. Souvent son décor était la ville, sa ville de Lausanne avec la place de la Riponne et le Tunnel. Et souvent aussi ses personnages étaient des gens qui aimaient boire un verre plutôt que travailler. Marc à Louis ne les jugeait pas, il ne les condamnait pas. Non, il avait plutôt de la compassion pour eux et, même, il les affectionnait. Alors, pour commencer cette année 2016, lisez dans ce numéro d’hiver cette gandoise avec le lion Congo et le tigre Tonkin, cette gandoise de Marc à Louis intitulée «Une du Nouvel-An». «Une» pour illuminer un peu les traversées difficiles de beaucoup de gens d’autrefois, c’est sûr, mais aussi de ceux d’aujourd’hui.