Belle présence suisse à la 68e Berlinale

Colette Ramsauer  |  Une douzaine de films, avec la participation de réalisateurs, acteurs, scénaristes ou producteurs suisses confondus, était au programme de la 68e Berlinale qui s’est déroulée du 15 au 25 février. Dans la section Panorama, les cinéastes Ursula Meier et Lionel Baier présentaient les films « Ondes de choc/Journal de ma tête » et « Ondes de choc/prénom : Matthieu ». Dans la section Compétition hors concours, le film documentaire «Eldorado» de Markus Imhoof était très attendu. Lors de la conférence de presse des 19 et 22 février, les réalisateurs n’ont pas manqué de dire leur reconnaissance aux services publics suisses qui rendent possible leur travail, et leur impatience de connaître le résultat de la votation du 4 mars.

Deux tragédies

Les films d’Ursula Maier et Lionel Baier réalisés pour la RTS (deux volets de la série Ondes de choc produits par Bande à part Films) s’inspirent de faits divers qui ont bouleversé la population ces dernières décennies en Romandie. « Journal de ma tête » d’Ursula Meier revient sur un drame familial à Cugy (VD) en 2009, et « Prénom : Matthieu » de Lionel Baier sur la dernière victime du sadique de Romont en 1987. Les deux films seront diffusés sur la RTS, respectivement les 4 et 25 avril 2018.

Tomates pourries

Markus Imhoof (La barque est pleine 1981, Des abeilles et des hommes 2012), en évoquant l’accueil d’une fillette italienne dans sa famille alors qu’il était enfant, continue le récit d’une constante émigration. Il traite le sujet d’actualité de l’arrivée de « cargaisons » d’êtres humains au sud de l’Italie. Qui sont les responsables de l’exploitation – pour ne pas dire esclavage – de 30’000 réfugiés dans le secteur agricole italien: les multinationales, les producteurs, les employeurs, l’accord de Dublin, nous tous consommateurs de pizza ? Markus Imhoof n’accuse pas mais déplore l’ignorance face à l’étendue du problème et le manque de lois plus strictes pour y remédier. Le film (sortie le 8 mars 2018 outre-Sarine) ne devrait pas tarder à rejoindre les écrans romands.

Double prix à un Lausannois

Dans la section Génération 14plus, « Fortuna » autre thème sur l’immigration, le photographe/réalisateur lausannois Roman Germinal Roaux, s’est vu attribuer l’Ours de cristal pour le meilleur film et le Grand Prix du jury international. Le film relate une aventure humaine où intervient l’acteur suisse Bruno Ganz, particulièrement apprécié des cinéphiles allemands venus nombreux dans les salles obscures au bord de la Spree. Le film sera sur les écrans romands dès le 11 avril 2018.

«Journal de ma tête»

d’Ursula Meier sur la RTS le 4 avril

«Prénom: Matthieu»

de Lionel Baier sur la RTS le 25 avril

«Fortuna» de Roman Germinal Roaux

sur les écrans romands dès le 11 avril