Audition emplie de musicalité et de… silence !

Martine Thonney | Dimanche 31 mai sur la scène de la grande salle de Mézières, une cinquantaine de personnes dont plusieurs enfants étaient là. Laurent Blanc, responsable de l’Ecole de musique de la Fanfare du Jorat a accueilli élèves, professeurs et public. Rapidement, la place a été faite à la musique. Tour à tour, seul(e) ou à plusieurs, chaque élève a donné de son mieux. Les percussionnistes, sous la responsabilité de Marilyne Musy, ont joué du xylophone, de la batterie ou des timbales avec dextérité et sérieux. Les deux jeunes flûtistes, Lou et Camille, ont charmé les oreilles et les yeux d’un public acquis à leur cause. Eran Levi, professeur, a introduit les élèves de trombone et d’euphonium qui ont interprété leur partition difficile avec brio; on souhaite à Etienne et à Ludovic plein succès pour leur dernier examen au niveau cantonal… Quant aux «petits» instruments – les cornets, trompettes, altos – ils ont parfaitement joué leur partition. Des tout jeunes aux moins jeunes (!), chacun était concentré mais néanmoins souriant. On peut remarquer déjà chez certains, la position assurée du corps, le doigté net et la recherche d’une belle sonorité. Il est à relever la qualité d’écoute qui a eu lieu pendant ces 90 minutes de concert. Les accompagnants, notamment des petits frères et sœurs, ont été d’une tranquillité exemplaire que je n’ai pas souvent vue chez des ados voire des adultes.
Anita Vuagniaux a remercié les familles de confier leurs enfants, de les véhiculer, de les motiver. Elle a distribué les enveloppes contenant les renseignements concernant l’année prochaine qui débute en septembre 2015. Bien sûr, il y a encore des places: qu’on se le dise! Les responsables seront heureux de vous renseigner et de rajouter des chaises (musicales!) Les professeurs se réjouissent également de connaître de nouveaux visages et de nouvelles aventures mélodiques. Quant au public, il en redemande!
La collation, en guise de point d’orgue à ce dimanche ensoleillé, a ravi tout le monde. La signification de ce signe de solfège c’est de prolonger la note, ce qui fut fait.