Auboranges – Résultats d’enquête et l’avis d’un spécialiste canin

Fait divers

Thomas Cramatte | Une femme de 45 ans a été retrouvée morte dans un parc de dressage de chiens. Deux agents de la Police cantonale fribourgeoise sont intervenus mardi 7 janvier aux alentours de 14h30 à Auboranges. Avertie par une tierce personne, la patrouille dépêchée sur les lieux a constaté qu’une femme se trouvait allongée dans le parc à chien. Cependant, il était impossible aux agents de l’ordre d’approcher la victime en raison du chien qui se trouvait à ses côtés. Visiblement très agressif, un berger belge Malinois gardait le parc de toutes intrusions. Brusquement, le chien a bondi hors de son parc avant de sauter sur l’agente pour la mordre au bras gauche. Une fois que le chien a relâché sa prise, le second policier n’a eu d’autre choix que de tirer avec son arme de service sur l’animal, lequel a été tué, révèle un communiqué de presse de Police cantonale fribourgeoise le 8 janvier. Les ambulanciers et le SMUR arrivés sur place, ont enfin pu approcher la victime. Ils n’ont pu que constater le décès de la malheureuse quadragénaire. L’agente blessée par le chien de la victime a été transportée à l’hôpital, ses jours ne sont pas en danger. 

Résultats d’enquête

Le service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (SAAV) a procédé aux constats en relation avec l’animal abattu. Leurs recherches ont permis de vérifier l’appartenance du chien. Il s’agissait du berger belge Malinois de la victime. L’enquête qui s’en est suivie par le ministère public afin de déterminer les circonstances exactes du drame a révélé plusieurs éléments. Dans son communiqué de presse du 10 janvier, le procureur général adjoint Raphaël Bourquin est clair: «L’autopsie indique que la mort est survenue par hémorragie et qu’elle a été causée par des blessures multiples et graves au niveau des membres supérieurs. Ces lésions sont le fait du chien et il n’est en l’état apparu aucune lésion préexistante». Cependant, l’enquête se trouve toujours au stade des préliminaires et aucune procédure formelle n’est ouverte. 

L’avis d’un spécialiste canin

« Il ne faut pas oublier qu’un chien reste un animal, leurs réactions peuvent être imprévisibles. Cette race de chien est également connue pour être très excitée et réagir de manière exagérée aux agressions », nous explique Monsieur Yves Dupasquier, éducateur canin installé à Bulle. Chaque chien est différent et il est important de prendre cela en considération, rappelle le spécialiste.