Aimer être ensemble…

Marie  |  En cette époque le silence était d’or, on parlait très peu, on réfléchissait avant d’ouvrir la bouche ce qui empêchait le flot de paroles inutiles ou sans intérêt. Je me vois petite fille, frêle et timide, qui aimait beaucoup les pommes au four saupoudrées de cannelle, goûtées plutôt en saison froide. Et ce dessert n’était concocté que chez mes grands-parents maternels. Je me rappelle la bonne odeur déjà dégagée avant que je rentre dans leur cuisine, l’arôme sucre/cannelle aux pommes embaumait l’air et me mettait d’avance l’eau à la bouche. Chez eux, il régnait toujours une bonne chaleur nourrit par le ronronnement du potager où l’imposante cheminée ouverte embrassait une grand partie de la pièce. De nature bavarde à la maison je me sevrais des après-midis entiers dans une ambiance tranquille, troublée de temps à autre par le crépitement du feu. C’est ainsi que j’ai appris que la communication verbale n’est pas l’essentiel, il faut d’abord aimer être ensemble, et ça oui j’adorais passer des heures avec mes aïeules.