Adieu Christiane

Mousse Boulanger  |  Christiane Bonder a quitté la souffrance qui la harcelait depuis des mois, mais elle n’a pas quitté la générosité du cœur qui l’habitera bien au-delà du séjour terrestre. Elle m’avait envoyé un texte intitulé «La balance et l’équilibre». Elle écrit: « Les humains sont des poussières d’étoiles, nous dit Hubert Reeves, d’infimes particules intégrées dans le grand tout. Cette diversité qui, pour exister, doit accepter l’autre et s’y adapter, est l’image parfaite d’éléments se complétant dans un équilibre réalisé. Autrement dit: Il faut de tout pour faire un monde!

Pourtant sur notre terre qui perdit un jour ses lustres et ses paillettes puisqu’elle fut d’abord une étoile, tout est sujet à discrimination et à petites chicanes bas de gamme lorsqu’il s’agit de l’homme. Tant qu’il y aura ce regard critique, ce jugement face à une couleur de peau, de culture ou de religion, de jeunes, de vieux, de minces ou bien en chair, il n’y aura jamais de paix sur la planète.» Ses kilos en trop chez elle c’était  de la tendresse, et la bonté de ses pensées toujours pleines de dévouement, de gentillesse, d’humanité. Elle accueillait l’étranger, elle aimait les enfants, elle savait écouter les plaintes, conseiller et consoler. Elle avait gardé en elle la lumière de la Méditerranée qu’elle avait sillonnée avec son fils Olivier alors petit enfant. Elle savait faire briller la lumière de ses souvenirs dans ses yeux mais aussi dans le regard de ceux qui l’écoutait. Elle a écrit  pour les enfants l’histoire de Linette et Jacky et pour nous un poème qui dit tout pour nous assurer qu’elle ne nous a pas quittés:

«Faites silence…

Voilà qu’elles dansent

Ces créatures aériennes

Suspendues au long doigt du ciel

Faites silence…

Tout dans cette élégance

Porte à la transcendance

La vie ne vaut que par ce geste

Levé vers le monde céleste»

Faisons donc silence pour mieux entendre la voix de Christiane qui nous parle dans le ciel de ce printemps en fleurs.