A Diû sâi-vo, Félise !

ML  |  Vaudoise dans le cœur, dans l’âme et dans l’allure, telle était Félise Trolliet. Une personnalité affirmée, et cela pourtant sans recherche ni efforts particuliers. Son talent, ses talents reçus, elle les a cultivés comme ça, tout simplement avec ce que la vie lui a offert dans son Jorat natal, ce Jorat qu’elle n’a jamais quitté. La musique était le parfum qui parfaisait cette Vaudoise vraie et authentique et se répandait tout autant sur celles et ceux qui ont eu le privilège de la côtoyer, que ce soit dans sa vie quotidienne, familiale ou paroissiale, de même que dans les sociétés de chant de Moudon et de l’Amicale des patoisans de Savigny, Forel et environs. Félise était l’alouette de nos chorales. Gaie, joyeuse, aimable, avenante, toujours bien mise, élégante dans la simplicité, coquette mais sans ostentation. Une personne de goût. Altruiste, au service de son prochain, de la communauté, membre fidèle des sociétés, Félise a contribué au rayonnement de ce coin de pays où elle avait ses racines.
Un mal insidieux est, hélas, venu troubler ce parcours accompli sans remise en question. Dur combat face à l’implacable. Difficile consentement à la dépendance. A la résignation – mot peu fait pour Félise – ont succédé l’acceptation puis l’apaisement.
Amis et connaissances ont accompagné Félise à sa dernière demeure. La chorale de l’Amicale des patoisans et l’harmonium, que Félise a tenu quarante ans durant à la chapelle de Vucherens, se sont joints pour cette cérémonie d’A Dieu. «A Diû sâi-vo, Félise» (A Dieu soyez, Félise!) Toute notre sympathie à ses proches.