5G : attention à l’opportunisme politique !

Jean-François Rolaz, Puidoux. |. La Suisse est souvent montrée en exemple pour son système politique basé sur le fédéralisme avec beaucoup de libertés, des débats respectueux des différences, des compétences réparties et des institutions proches de la population. C’est en tous cas l’idéal du modèle et clairement une
réalité en comparaison de quelques systèmes politiques voisins. Seulement, aujourd’hui, un opportunisme malsain s’invite de plus en plus dans les débats et les discours de tous niveaux. L’exemple le plus flagrant nous vient directement par les airs, sans fils, plus précisément par et pour la 5G. Oui, je suis un spécialiste du domaine radio qui travaille pour un opérateur de télécommunication et je «baigne» dans les ondes depuis près de 30 ans. Mais je fais également de la politique de proximité du fait de mon mandat de municipal dans une belle commune vaudoise. C’est principalement cette fonction politique au sein d’un exécutif communal qui me motive à réagir sur une thématique très tendance et ceci en pleine connaissance de cause.

Mais, au fond, la 5G c’est quoi?

Il s’agit de la 5e génération d’une technologie de télécommunication. Il y a quelques mois, ces 2 lettres faisaient rêver les industriels, les «gamers» de tout bord et les accros d’un monde hyper connecté. Aujourd’hui, ces 2 mêmes lettres font cauchemarder une grande partie de la population suisse. Barbe Bleue et le Loup seront-ils bientôt remplacés par Onde et Antenne dans les livres de contes pour enfants? La 5G est une évolution intelligente 100 fois plus rapide que la 4G et en Suisse, son déploiement se fait dans les gammes de fréquences que l’on utilise déjà aujourd’hui pour la téléphonie mobile et les réseaux sans fil (wifi). Elle est indispensable en regard de l’explosion de la demande de débit de données circulant sur les réseaux de communication et répond à un réel besoin. Elle est plus efficace en terme énergétique et ouvre des perspectives nouvelles pour une grande
partie du monde du travail (industrie, santé, agriculture…). D’un point de vue physique et de l’impact sur la santé, les rayonnements émis par les antennes 5G sont identiques à ceux émis par la 4G. Dans ce domaine, l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) est compétent pour édicter et faire appliquer les règles. Il se base sur les travaux de spécialistes et applique ce principe de précaution ancré dans la constitution fédérale depuis 20 ans pour surveiller la mise en œuvre des nouvelles technologies de communication mobile. Les études prises en compte sont fiables et reproductibles. Faisons-leur confiance. L’évolution technologique a souvent inquiété et dans tous les domaines, le risque zéro n’existe pas. Mais cette même évolution technologique nous a permis d’améliorer grandement notre qualité de vie. Alors oui, on peut clairement débattre de sujets d’actualité tels que l’hyper connectivité, l’addiction aux smartphones, l’énergie grise liée à toutes ces technologies, le développement durable, la santé et les rapports humains…  Mais faisons-le avec honnêteté, sans se tromper de cible, en remettant d’abord en question son propre comportement. Dans un environnement où l’information est omniprésente, il est très difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Mais la vraie politique au service de la population doit se méfier de ces «manipulateurs opportunistes» qui utilisent chaque occasion pour faire avancer leur propre personne ou parti, souvent par des discours populistes usant de la peur des gens. Mesdames et Messieurs actifs en politique, restons honnêtes, prenons le temps de la réflexion et repensons continuellement au serment prononcé en début de législature sur lequel nous avons tous juré fidélité.