4 artistes, 4 styles bien différents à La Colline

 Exposition à l’EMS La Colline de Chexbres jusqu’au 8 juillet 2018

Monique Misiego  |  C’est dans un cadre magnifique, au cœur de Lavaux, à Chexbres plus exactement qu’a été mise sur pied cette exposition de peintures et de photographies. Pas dans une galerie traditionnelle, non, dans un EMS. Car oui, les EMS se modernisent, s’ouvrent, favorisant le contact avec l’extérieur et c’est tant mieux.
Ce sont 4 artistes qui exposent leurs œuvres, deux résidents de l’EMS, et deux autres venant de l’extérieur. Deux femmes, deux hommes. La parité est respectée. Un point commun, l’amour de l’art. Trois artistes qui le sont depuis toujours, un qui s’est révélé sur le tard, mais qui a vite rattrapé le temps perdu.

Françoise Dapples, Kidist Degaffe, Peter Hilkersberger et Jean-Claude Parlier

Françoise Dapples
Née dans une famille de libraires, elle a découvert l’art d’écrire et de peindre très jeune. Après s’être essayée à d’autres sortes de techniques de peinture comme l’huile, le fusain, la gouache, la peinture sur céramique et sur soie, elle découvre l’aquarelle sur le tard. Ses peintures sont pleines de douceur et de légèreté. Elle compare l’aquarelle à la subtilité d’une symphonie de Mozart et je trouve que cette comparaison est bien choisie.

Jean-Claude Parlier
Jean-Claude Parlier est typographe maquettiste de formation. Il a travaillé longtemps dans l’édition de livres, ce qui l’amène à fréquenter les laboratoires photos. Ancien membre de l’Association suisse des photographes naturalistes, grand défenseur de la cause animale, il a participé à la réintroduction des premiers lynx en Suisse.
On sent au premier coup d’oeil sur ses photos l’amour du voyage et des animaux. De très beaux moments surpris dans la Savane qui paraissent si simples mais qui ont certainement nécessité de longues heures d’attente pour saisir cet instant. Un très beau travail.

Kidist Degaffe
Cette artiste est née en Ethiopie. Elle a travaillé dans l’industrie aérienne, le journalisme, le marketing, l’éducation entre autres. Elle fut sélectionnée parmi trente artistes contemporains éthiopiens pour réaliser en 2008 une toile de 100 mètres de long dans le but de mettre fin aux mariages précoces. C’est une peinture plus tourmentée, plus engagée aussi, qui représente l’Afrique, ces belles femmes africaines au long cou, caractéristique de ses portraits, qui image bien la beauté et le courage de toutes ses contemporaines. Plus énigmatiques que les peintures de ses collègues d’exposition, ses toiles nous amènent à une réflexion plus profonde face à ses portraits sans oreilles par exemple.

Peter Hilkersberger
D’origine autrichienne, cet amateur de peinture a longtemps vécu à Pully, où il a exercé le métier d’appareilleur sanitaire et chauffage. Le goût de la peinture lui est venu sur le tard, à l’âge de 60 ans, suite à des moments difficiles, lui permettant d’exprimer ses émotions dans son art. Il ne travaille que la peinture à l’eau. Il immortalise des paysages qui sont tous plus magnifiques les uns que les autres. Je dois dire que c’est mon coup de cœur de cette exposition. Plus que des paysages, il immortalise des atmosphères et c’est un don qui n’est pas donné à tout le monde. Devant un chemin au milieu de la forêt, on aimerait trouver un tronc d’arbre pour s’y reposer un instant. De même avec un ruisseau au milieu d’une vallée enneigée qui vous amène à frissonner. On trouve aussi cette particularité chez certains photographes dont les photos seront peut-être moins parfaites mais qui nous font ressentir une émotion, un instant précis. Dans ce cas-là, tout y est, la perfection de la peinture et l’atmosphère de l’instant.

Cette exposition a lieu jusqu’au 8 juillet à la Résidence La Colline à Chexbres.
L’entrée de l’exposition se fait par le côté lac.
Tous les jours de 10h à 19h, le dimanche de 10h à 16h.
En sortant, prenez le temps de vous attarder à une table sous les platanes pour contempler également ce tableau naturel que nous offre le Léman.