2 x OUI aux initiatives sur l’agriculture

Vous aimeriez pouvoir choisir les produits qui se trouveront dans votre assiette demain de manière consciente et réfléchie? Les deux initiatives soumises en votation le 23 septembre prochain vous offrent cette possibilité. L’initiative pour des aliments équitables vise à encourager la production et la commercialisation locale, de proximité. Vous aimez savoir d’où viennent les produits que vous achetez et la manière dont ils ont été cultivés? C’est ce que veut offrir l’initiative. Le consommateur doit pouvoir retrouver les saisons dans son assiette plutôt que des fraises en janvier ou des haricots du Kenya. Presque 50% des aliments qui sont consommés en Suisse sont importés. Et sur cette part de notre alimentation, il est nettement plus difficile de connaître les conditions de production, tant pour les personnes que pour les produits. Ainsi le consommateur suisse n’achète pas d’œufs provenant de poules en batterie. Mais pour des aliments transformés importés, aucune indication n’est donnée pour les œufs qui s’y trouveraient. L’initiative propose de remédier à ceci tout comme elle demande des conditions de travail équitables pour les ouvriers et ouvrières qui oeuvrent souvent dans des conditions difficiles à l’étranger. Tout le monde a encore en tête les images de ces personnes ramassant des fruits ou des légumes dans des serres en Espagne, payées avec des clopinettes et dormant sous des abris de fortune. Enfin cette même initiative propose que des mesures soient prises pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Nous jetons en Suisse en moyenne 100 kg de nourriture par année et par habitant. Nous pouvons et nous devons faire moins et mieux! La deuxième initiative – pour la souveraineté alimentaire – veut encourager et soutenir, autant que faire se peut, une agriculture locale qui doit permettre d’assurer de salaires adéquats à celles et ceux qui cultivent la terre. Les circuits directs et courts sont favorisés, de même que la biodiversité. Celle-ci serait notamment garantie par l’interdiction totale des organismes génétiquement modifiés (OGM), alors que ceux-ci ne sont que sous l’effet d’un moratoire actuellement. Notre santé passe aussi par notre assiette. Et si les aliments que je consomme sont produits dans des conditions qui respectent la nature et l’être humain, dans notre pays, mais aussi à l’étranger, alors je vote 2 x OUI le 23 septembre et je vous encourage vivement à faire de même!

Monique Ryf  Députée PS, conseillère communale, Oron-la-Ville