« Toni Erdmann », comédie dramatique

Entre stress professionnel et coussins péteurs

CR  |  Winfried perd son vieux chien. Coup de blues. Il s’introduit dans la vie de sa fille, mettant évidemment les pieds dans le plat. Croyant mieux faire, il se déguise, change d’identité, prend pour nouveau nom Toni Erdmann.

Il est où le bonheur ? 

Ines, jeune employée appréciée d’une société de conseil, se donne corps et âme à sa profession. Dans le monde intransigeant et sans scrupules des affaires, elle évacue ses états d’âme, se crée une carapace. Son père, Winfried, professeur de musique retraité, personnage drôle et tendre, ressent cette confusion et tente de l’aider alors que leur relation est déjà difficile.

A la question de savoir si elle est heureuse, Ines esquive la réponse. Au cours de rencontres imprévisibles, entre violence psychologique et tendresse, stress professionnel et esprit farceur, la relation père-fille évolue néanmoins vers une  réconciliation.

La cinéaste Maren Ade nous plonge dans le milieu du business international. Avec subtilité, dans des rebondissements d’ultime minute et des situations burlesques à pleurer de rire, elle brosse le portrait de deux personnages aux antipodes, interprétés par d’excellents acteurs. 162 minutes de projection qu’on ne voit pas s’écouler.