« On a bien joui »… nous aussi !

AE | Une délégation d’invités avait été conviée en la salle du foyer pour un cocktail dînatoire marquant le début des célébrations. La conseillère d’Etat Béatrice Métraux, le préfet du district Jean-François Croset, autorités et personnalités locales ainsi qu’une délégation des Archives cantonales et des Amis du Théâtre avaient répondu présent.
Emmanuel Samatani, directeur artistique du Théâtre, a entamé un bref historique illustré par quelques images d’archive mais fut bien vite rejoint par un Barnabé fort en verve comme a son habitude. Le duo s’en est donné à cœur joie et en guise de conclusion, nous a conté – parmi moult anecdotes – comment par le plus grand des hasards – et sans doute à l’aune de quelque nettoyage aussi brutal que rapide – quelques centaines d’aquarelles avaient été découvertes dans une benne parmi les déchets. Après inspection, il s’est avéré qu’il s’agissait de dessins originaux des costumes des premières revues lausannoises. Le Musée historique de Lausanne, en possédant déjà une bonne moitié, eut donc la joie de se voir offrir des mains de Barnabé ce témoignage inestimable de la créativité de l’époque. La  conservatrice du Musée historique de Lausanne le remercia en signalant que les deux moitiés réunies devenaient alors un symbole.

Après le repas, le plat de résistance
La première du spectacle mettant à l’honneur les 150 ans d’Emile Jaques-Dalcroze fut une réussite tant dans l’humour et la cocasserie des situations que par l’interprétation des chansons par tout un panel de chœurs de la région. Quelques couacs ci et là n’enlevèrent rien à ce spectacle, si ce n’est au contraire à lui ajouter encore une joyeuse spontanéité… comme s’il en manquait !
Mais Barnabé ne serait pas Barnabé s’il ne gardait dans la manche quelque surprise pour cette première. Un final unique offert pour cette soirée spéciale exécuté de « main de maître » par l’école-atelier Rudra-Béjart. Comme pour rappeler que le Ballet avait lui aussi bien joui du Théâtre en son temps.
Diable d’homme !